carnet de chasse  
Saison 2008-2009
41ème chasse
28ème hallali  

Samedi 7 mars 2009

- 45 chiens - Vent d’est

Brisée de christophe Bajard sur le plateau de la Grand Vente mais rien. Nous foulons ensuite les enceintes de la Grand Vente, des Petits Jardins, la Grande Verniole, la Lande des Chevaux, Viljot, le Pré Billy. Deux heures sans pouvoir attaquer, sauf une martre et un lièvre… Enfin, après avoir traversé la ligne des Gênois, côté Font du Lièvre, une dizaine de chiens attaque dans une harde, sonnée par Daguet. Daniel n’a pas entendu et foule côté Guiny. Je pars avec cette chasse qui monte dans les Thiers sur plusieurs cerfs. Daniel rallie au Rond de Montluçon avec la trentaine de chiens manquants. La harde se sépare à la route de Bouis, les cerfs à tête débuchant, le daguet rentrant côté Prés Laugers avec quelques chiens. Nous arrêtons pour donner le temps aux piqueurs de revenir avec les chiens du débucher mais la voie est exécrable et les chiens emmènent très mollement. La Font du Lièvre, le Guiny, le Pré Billy. Cette fois-ci l’allure est meilleure mais il n’y a qu’une vingtaine de chiens. Il fait très chaud et le reste des chiens a probablement mis bas. Le daguet passe la route de Lurcy, monte dans le Pendu, passe la route de Cérilly, direction les Carrières. Lorsque j’arrive à la ligne à Baudet, Pierre Allard sonne la vue à la ligne de Mazières. Nous arrêtons cinq chiens de tête (dont nos vieilles Soprane et Soulice – 10 ans –elles maintiendront jusqu’au bout !). Au bout de dix minutes, nous laissons aller avec seulement quinze chiens. Le cerf bute à la route de Tronçais, recule dans les Carrières, se harde. Les chiens ont tellement de mal à emmener que je doute vraiment de l’issue de la journée. Nous appuyons les chiens sur ce daguet qui prend de plus en plus d’avance. Il repasse le goudron entre le Rond Daubrée et le Rond du Pendu, direction Beauregard. Nous récupérons quelques chiens. Au passage de la route de Lurçy, en face de Soulisse, le daguet a un quart d’heure d’avance mais les chiens chassent sérieusement. Il a du ruser et doubler car les chiens peinent encore plus. Soulisse et Soprane, ainsi que Calypso, continuent en tête et nous les arrêtons à la ligne de Pirot pour rameuter, vraiment indispensable avec seulement à peine vingt chiens. Le plateau de la Grand Vente. Les chiens sont encore en défaut. Pour une énième fois, Soulisse et Soprane remontent le layon sur plus de deux cent mètres, pour s’arrêter à nos chevaux et retrouver la voie de leur cerf. Remarquable. Cette fois, le daguet ruse aux Prés Laugers. Il a livré une harde de biches et faons qui viennent à nous, mais les chiens mettent bas et reculent au ruisseau sagement. Encore Soprane qui emmène seule, fait le tour des étangs et remonte côté Font du Lièvre. Nous rallions à sa voix. Les chiens reprennent si bien que je crois au relancer. Devant les chiens une harde avec notre daguet, cerfs, biches et faons. C’est reparti. Le Guiny, les Enceintes de Morat. Je dis à Daniel que si le cerf passe la route d’Ainay, ce ne sera pas bon signe… Mais nous entendons les chiens reculer. Le daguet, déhardé, remonte vers les Thiers et repasse la route de Bouis, rentrant dans la Font du Lièvre. « Daguet » appuie une douzaine de chiens, il vient de voir passer l’animal de chasse la ligne de Mazières. Quelques instants plus tard, les chiens couchent leur daguet sur la digue de l’étang de la Cabane. Une journée extraordinaire, une chasse si difficile. Bravo à nos chiens. Plus de 60 km et presque 7 h à cheval.

Curée au Rendez vous
Les honneurs à Vincent Reibel, en vélo pour la première fois, et qui a suivi la chasse jusqu’au bout…

 
 
Rendez-vous :
Rond de la Cave
 
 
Durée de la chasse 6h00
 
 

Hallali :
Digue de l’étang de la Cabane

 
 

Cerf : Daguet

 
 

Honneurs :
Vincent Reibel

 
 
   
 
   
 

 
© 2005-2008 - Association de chasse du grand Breuilly -
- Mentions légales -