La meute | Rallye l'Aumance

La meute

La meute

 

 

La meute aujourd'hui composée de 140 français tricolores.

Son histoire, par Gérard Vigand
Au printemps 1960, lorsque le Rallye à la Pucelle démonta, j'avais réservé à Anet de la Celle quelques chiens que j'avais pu apprécier. Ils arrivèrent enfin après quelque pérégrination à mon chenil de Meaulne.

 

 

 

Leurs noms restèrent gravés dans mes souvenirs. Quinine, Quinquina, Quolibet avaient un fort courant  Anglais. Radar, Royal, Revue étaient des noirs et blancs classiques dans les équipages du Bourbonnais.

Je complétais ce petit lot destiné à chasser le sanglier par quelques sujets Poitevins que « Laverdure » de Vouzeron m’avait conseillé de prendre chez un éleveur vendéen , Ironie, Horizon et Impérial : ce dernier fut mon très cher limier : puis-je avouer que j’avais de l’affection pour lui ; nos rendez-vous matinaux, moment crucial alors pour la réussite de la journée, étaient plein de tension et de complicité. En 1961, Monsieur Moraillon, qui chassait le chevreuil à Lespinasse me propose de me céder son chenil au Grand Breuilly à Vitray et sa meute : chiens trop bons pour les mettre dans la voie du sanglier… Je cédais aux frères Bocquillon , sur les conseils de « La Broussaille »que j’avais repris avec l’Equipage Morillon, ceux qu’il considérait « sûrs » de chasser. Sept ans passèrent et les sangliers manquaient. Monsieur André Puifférrat, qui m’honorait de sa visite, et avait repris le cerf à Tronçais, me confia que je devais me préparer à prendre sa suite. Cela représentait une centaine de chiens que je qualifierai dans leur majorité de « Français ». Je ne voulais cependant pas me séparer de certains de mes chiens de Vautrait. L’amalgame se fit  et le Rallye l’Aumance, servi par des hommes de vénerie en nombre et en qualité, prenait son premier cerf le 15 janvier 1967. Après ces provenances diverses, ayant des étalons et des lices intéressants à profusion, je limitais les croisements parmi les sujets dont je disposais. Bien que jugé à Vichy Premier Prix de meute en 1964, je n’ai jamais été très attiré par la recherche de la perfection dans le « standard » choisi. J’ai cependant toujours été marqué depuis 1959 par les chiens Vouzeron et les connaissances en la matière de « Laverdure ». Guy Brousseau fût son digne successeur  en Vénerie et en élevage. C’est certainement le modèle, avec les chiens de Mr Puifferrat, qui auront marqué mes choix pour le Rallye l’Aumance.

Gérard Vigand Meaulne, le 11 mars 2005

.


.

.

Carnets de chasse
Chasses récentes
novembre 2017
L Ma Me J V S D
« fév    
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930  
S’informer

Les 4 chartes de la vènerie

- Télécharger :
La charte de la vènerie
cliquez ici

- Télécharger
La charte des veneurs
cliquez ici

- Télécharger
La charte des suiveurs
cliquez ici

- Télécharger
La charte des photographes
cliquez ici